samedi 29 avril 2017

Illusions perdues, d'Honoré de Balzac

illusions perdues balzac


Résumé
A Angoulême, David Séchard, un jeune poète idéaliste, embauche dans son imprimerie un ami de collège, Lucien Chardon, qui prendra bientôt le nom de sa mère, Rubempré. Poète lui aussi, il bénéficie d'une sorte de gloire locale et fréquente le salon de Louise de Bargeton à qui le lie bientôt une intrigue sentimentale qui fait tant jaser que tous les deux partent pour Paris. Voilà bientôt Lucien lancé dans le monde des lettres aussi bien que de la haute société, mais si Paris est la ville des « gens supérieurs », ce sera également pour lui celle des désillusions.

Mon avis
J'ai pas aimé. Mais vraiment pas. Il était en lecture imposée quand j'étais au lycée et ça a été une vraie torture pour moi. Le livre est décomposé en trois parties et j'ai fait la fête quand j'ai enfin réussi à finir la première. C'est leeeeent. C'est looooooong. Lucien n'apprend pas de ses erreurs et s'acharne à réussir là où personne ne veut de lui. A la limite, ça peut passer une fois, mais quand ça devient répétitif, c'est vraiment lassant. Je crois qu'en fait, le vrai problème de Lucien, c'est qu'il est niais et idéaliste. La combinaison des deux ne va pas du tout. Je n'ai jamais réussi à finir le livre. J'ai même développé une aversion pour Balzac.

Spoiler
Lucien rate sa vie à Paris, rate son parcours professionnel car personne ne veut de lui comme poète en dehors de sa petite ville, rate sa relation amoureuse car Louise le quitte très vite, et il se débrouille même pour rater son suicide. Et même après tout ça, il s'acharne au lieu de rentrer gentiment chez lui. 

J'ai conscience que ma critique est vraiment négative, alors je vais essayer de nuancer un peu. Si l'histoire est lente, c'est qu'en même temps, Balzac dépeint la vie parisienne de l'époque. Alors, oui, ça coupe le rythme du récit déjà lent, mais c'est instructif. L'analyse de l'époque est très poussée, ce qui est un plus pour le récit.

Autre
Le roman a été adapté en film.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire